woensdag 6 maart 2013

Zo zien ze het in Francofonië

Bron: La Libre Belgique 25 februari 2013

Périphérie : un joli débat sur l’avenir

Christian Laporte
Mis en ligne le 25/02/2013
L’asbl Carrefour réunit plusieurs “grosses pointures” ce mardi.
brabant flamand La scission de B-H-V n’a évidemment pas éliminé par un coup de baguette magique la présence francophone dans le Brabant flamand. Dans les six communes à facilités, les francophones sont largement majoritaires ou frôlent les majorités et ils sont aussi nombreux dans ce qui devient l’arrondissement Hal -Vilvorde.
Quel avenir les attend ? C’est le thème d’une intéressante joute intellectuelle qui se tiendra ce mardi 26 février à 20h à l’Auditoire Central E, avenue Emmanuel Mounier, 51 sur le site de Louvain-en-Woluwe. Animé par notre consœur Jacqueline Liesse, le débat réunira Vincent de Coorebyter (CRISP) Christian Behrendt (ULG) et Pierre-Olivier de Broux (Université Saint-Louis). Une initiative de l’asbl Carrefour des associations locales bien connue aussi par son magazine éponyme. Pour rappel, ce dernier fêtera l’an prochain son trentième anniversaire. Tout est parti en 1984 de quelques habitants de Rhode-Saint-Genèse qui obtinrent de l’Association culturelle de Rhode, le financement d’une page dans un toutes-boîtes publicitaire flamand local. L’objectif était d’y annoncer les activités culturelles francophones de la commune mais dès sa parution. L’éditeur du toutes-boîtes se vit menacer de boycott. L’année suivante, des francophones optèrent pour la mise sur pied d’un toute-boîtes pluraliste et indépendant, distribué dans les trois communes à facilités du sud de Bruxelles (Drogenbos, Linkebeek, Rhode) et dans les quartiers voisins. Le succès du magazine fut réel et il fut décidé de le diffuser dans toute la périphérie, grâce à un soutien financier de la Communauté française. Toutefois, un arrêt de la Cour d’Arbitrage fit supprimer cette aide en 2000. Initialement, les visées de Carrefour n’étaient pas politiques mais elles le devinrent après avoir été interdites de diffusion, dans certaines communes, pour cause de "trouble à l’ordre public".
La rédaction de Carrefour continua certes à favoriser l’approche culturelle et d’infos service mais prit aussi à bras-le-corps les grands problèmes politiques de la périphérie bruxelloise.
Et c’est ainsi qu’il est devenu le magazine de liaison des francophones, particulièrement utile pendant les campagnes électorales lorsque certains pouvoirs locaux se muent en potentats contre toute forme d’information francophone Carrefour a aussi eu la bonne idée de doubler sa version papier d’un site internet (www.carrefour.be) régulièrement mis à jour par des informations plus générales à caractère historique, sociologique et géographique concernant les communes qui entourent la Région de Bruxelles.